MONSIEUR LE PRESIDENT : ET SI LES SENEGALAIS NE COMPRENAIENT PAS LA PARITE ? (Paru dans le quotidien « KOTCH » du 21 Mai 2010)

Publié: 26 mai 2010 dans POLITIQUE, SOCIETE
Tags:, , , ,

Le vote de la lancinante loi, agréant définitivement la parité entre hommes et femmes dans les instances de décision sénégalaises, a été approuvé presque unanimement par les abonnés de l’hémicycle du Plateau. Ainsi, depuis quatre jours, c’est la fête en grandes pompes, de la part de nombreuses femmes de notre pays, qui sont les principales concernées et bénéficiaires de l’application de cette nouvelle législation.

A la télévision nationale ; à travers l’édition de 14 heures du  journal télévisé de samedi dernier, on observera, au siège des députés, une singulière mobilisation des femmes, toutes couches confondues. Des politiciennes, affilées au parti au pouvoir (PDS), comme celles de l’opposition (Aminata Mbengue Ndiaye du Parti Socialiste) étaient de la partie. Sans oublier les femmes syndicalistes, de la société civile…

Aussi, on notera cette même affluence des nouveaux récipiendaires, devant les grilles du palais de la république, comme quoi, remercier le président Maitre Abdoulaye Wade qui, encore une fois, vient de poser un acte historique qui honore la femme dans toutes ses fonctions formelles et même au-delà.

Cette décision, promulguée par le président africaniste, accorde ainsi une haute considération aux valeurs et capacités féminines ; si on sait bien qu’en tant que intellectuel, il a toujours milité pour la cause des femmes du Sénégal en particulier, et celles du monde en général, dans toute sa diversité.

Cependant, même si cette nouvelle loi, fait la satisfaction de certaines femmes, il est manifeste que la majeure partie de la population ne saisit pas le sens approprié de parité, dans son contexte tel élaboré par Maitre Wade, et d’autre part, désiré par la gent féminine de tête.

Le dictionnaire virtuel Encarta définit le mot parité comme suit : « Egalité numérique dans la représentation (de deux ou plusieurs groupes) au sein d’une institution ou d’une organisation.»

Cette définition, bien qu’explicite, n’est pourtant pas bien prise en compte par les sénégalais. Nombreux sont ceux qui pensent que la parité va dans le sens d’une égalité intégrale des femmes avec les hommes, dans toutes les facettes de la vie ; alors que la définition susnommée qualifie une perception bien indiquée. La parité permet d’élargir la chance des femmes, afin d’être plus représentatives dans le monde du travail.

Beaucoup de personnes -des femmes en majorité-  dont j’ai eu à tailler bavette sur cette question, bien avant même son application à l’assemblée nationale, n’ont pas lésiné pour me dire que : « ce que Abdoulaye Wade veut ne peut pas se faire ; car il veut désavouer les dires de l’islam », ou plutôt : « les femmes veulent s’engager dans le projet utopique d’être au même pied d’égalité que leurs conjoints ». Que d’idées confuses !

Donc, il est manifeste qu’un sérieux problème de communication se pose, dans la mesure où même les principales concernées-les femmes- ignorent la quintessence de leur droit, et que l’électorat de Wade est menacé aux prochaines joutes électorales.

Il est clair que des employées, connaissant le jargon des échanges, soient documentées sur la parité ; mais il va de soi que c’est un sujet complexe qui demande la compréhension de tout un chacun ; surtout ceux qui pensent que la parité représente un danger patent pour l’homme dans ses fonctions quotidiennes.

C’est pourquoi, je conseille aux supériorités opérant dans l’appareil d’état, en charge de cette question -notamment le ministère de la femme entre autres autorités compétentes du gouvernement – de mettre en place une cellule de communication capable de toucher le maximum de résidents et expatriés. Ce, pour éclaircir la lanterne des sénégalais et lever tout équivoque sur ce qu’est cette nouvelle donne, première au Sénégal.

Pour cela des émissions télévisées seront très appropriées ; avec la participation de représentants gouvernementaux, d’hommes religieux, de connaisseurs de ce sujet … le reste : remuez les esprits !

Une fois mise en place, cette cellule fera éviter au président -comme ce fut dans beaucoup de situation- d’éventuelles incompréhensions de la part de ses futurs électeurs.

Encore une fois, j’adresse mes félicitations au Président de la République Maitre Abdoulaye Wade ; tout en espérant que Jules Souleymane Diop ne va point « conneriser » cette noble cause de Wade, qui a su aller jusqu’au bout de sa promesse ; tant rêver par les femmes. Autrement dit, il a joint la parole à l’acte. Comme disait mon grand père Serigne Abass Sall dans son célèbre Wolofal : « Na wax di seedé jëf tay matal ».

Article paru dans le quotidien « KOTCH » du 21 Mai 2010.

Mansour GAYE

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s